La maturité suisse : plusieurs versions, plusieurs niveaux ?

Maturité

En mai, les étudiants terminant leurs cursus secondaires II en Suisse se préparent pour certains aux examens de maturité approchant à grand pas. Quelles sont les différences entre les différents types d’examen de maturité ? Sont-ils trop difficiles ou au contraire trop facile comme certains le pensent ?

Maturité fédérale, gymnasiale, spécialisée ou professionnelle

La maturité est le certificat de fin d’études secondaires délivré en Suisse.

La maturité fédérale est le diplôme que l’on obtient soit en s’inscrivant en autodidacte soit à l’issue de la majorité des écoles privées dispensant une formation selon le modèle helvétique. Avec des sessions organisées trois fois par année, l’examen de maturité fédéral est généralement considéré comme étant le plus difficile du fait que les notes obtenues pendant l’année scolaire ne sont pas prise en considération pour le résultat final. Par ailleurs, les examens se déroulant dans un lieu différent de l’école et avec des examinateurs de l’Etat, cela peut être plus intimidant pour les candidats.

La maturité gymnasiale s’obtient dans les écoles publiques des différents cantons. Tout comme la maturité fédérale, elle permet un accès direct dans toutes les écoles supérieures et universités de Suisse excepté les Hautes Ecoles Spécialisées qui demandent un stage pratique préalable d’une année. Elle permet de clore un parcours de formation au Lycée, Gymnase ou Collège, le nom de l’établissement changeant selon les cantons. Les matières peuvent légèrement varier d’un canton à l’autre mais la reconnaissance du diplôme reste nationale.

La maturité professionnelle permet d’allier une formation professionnelle initiale de type CFC à une formation élargie de culture générale. Les titulaires de ce diplôme disposent donc d’une double qualification. Ils sont formés dans une profession et peuvent également, s’ils le souhaitent, accéder à des études supérieures de type HES. Pour une formation universitaire, un examen complémentaire est nécessaire.

La maturité spécialisée permet d’accéder aux filières des HES. Existant dans les domaines de la santé, du travail social, des arts visuels ou de la communication par exemple, c’est une formation théorique et pratique d’une année destinée aux diplômés des écoles de culture générale. Le but de cette maturité est d’assurer une interface entre le certificat de culture générale et la haute école du domaine choisi.

Quelle est la valeur du diplôme ?                                                                          

Critiquée par certains, notamment l’ancien recteur de l’EPFZ qui avait relevé en 2012 le niveau pas assez exigeant de l’examen, la maturité ne serait plus à la hauteur pour préparer à entrer en études supérieures. Ces propos ne sont pourtant pas le reflet de la réalité. La Suisse reste attachée à un niveau de formation qualifiant exemplaire. En Suisse, obtenir la maturité n’est pas une démarche largement démocratisée comme l’obtention du Bac en France par exemple. Seul 20% des élèves entrant à l’école obligatoire termineront avec une maturité alors que la proportion passe à 60% dans d’autres pays avec un examen d’entrée à l’université plus difficile.

Entre 2005 et 2008, une évaluation de la maturité a permis de produire des résultats identifiant certaines lacunes. Toutefois, les taux de réussite de l’examen propédeutique de l’EPFL restent stables. Il ne semble donc pas que le niveau de maturité baisse avec les années. Dernièrement pourtant, le Conseil fédéral a demandé aux Cantons de durcir l’accès à l’examen de maturité. C’est particulièrement les disciplines des mathématiques et des langues premières qui sont visées. Une note insuffisante dans ces domaines devrait exclure l’obtention du diplôme. Le système actuel permet en effet de compenser cette lacune par une bonne note dans une autre branche.

Comment choisir ?

Au niveau international, la maturité suisse cantonale ou fédérale reste généralement reconnue comme étant de bon niveau. Les questionnements peuvent se porter sur l’école, ses propositions annexes, privée ou publique ou ses possibilités de maturité bilingue par exemple. Les différentes possibilités sont explorables sur ce lien.

Plus d’informations :

https://www.migrosmagazine.ch/societe/reportage/article/trop-facile-de-passer-sa-matu-en-suisse

http://www.24heures.ch/suisse/appel-durcir-acces-maturite/story/12504121

http://www.sbfi.admin.ch/themen/01366/01379/index.html?lang=fr

http://www.sbfi.admin.ch/themen/01366/01379/01626/index.html?lang=fr

http://www.vaudfamille.ch/N419389/ecoles-privees-maturite-federale.html

https://www.letemps.ch/suisse/2012/09/17/maturite-federale-grand-malentendu

Derniers articles

20.12.2016  -   0  -  Général, Université, Vie étudiante

Comme la presse l’a relayé récemment, le nombre jeunes diplômés de troisième cycle est croissant depuis plusieurs années. Passé de 13% en 2000 à 29% en 2015, les jeunes qualifiés sont en augmentation constante. Ceci est surtout vrai pour les... Lire plus

11.09.2016  -   0  -  Ecole primaire, Enseignement, Général

En cette période de rentrée scolaire suisse, les grands thèmes de l’enseignement cette année se définissent. Si l’actualité est présente avec les questions d’intégration des enfants migrants, la question du retard suisse dans l’enseignement... Lire plus

17.06.2016  -   0  -  Général

L’année scolaire touche à sa fin. Certaines écoles préparent activement la fête de fin d’année. Les parents prévoient les occupations des enfants pendant les mois à venir. La météo éternellement printanière de ces derniers temps inquiète. Piscine... Lire plus

Cher utilisateur, Nous vous informons que ce site n'est pas optimisé pour Internet Explorer. Afin de bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce site, nous vous invitons à utiliser un autre navigateur tel que Firefox, Chrome, Safari ou Opéra. Bonne navigation sur notre site.